Bon, je n'ai pas commencé trop fort. J'ai pris une application console élémentaire sous Delphi 5. Cette application appelle l'instruction RDTSC du microprocesseur qui indique le nombre de cycles d'horloge depuis le démarrage de l'ordinateur. On attend ensuite une seconde puis on redemande le nombre de cycles. En faisant la différence, on a la fréquence CPU.

Voici le code source :

 
Sélectionnez

program Project1;
{$APPTYPE CONSOLE}
uses
{$IFDEF WIN32}
  windows;
{$ENDIF}
{$IFDEF LINUX}
  libc;
{$ENDIF}

function RDTSC: int64;    // fourni le nombre de cycle depuis le démarrage
register;              // du microprocesseur
asm
  db $0f, $31
end;

const
  Delta = 1000;    // temps d'attente en milliseconde  (soit 1 seconde)

var t, t1 : int64;

begin
  t := rdtsc;
{$IFDEF WIN32}
  sleep(Delta);  // fonction sleep de windows en millisecondes
{$ENDIF}
{$IFDEF LINUX}
  usleep(Delta*1000); // fonction usleep de linux en microsecondes
{$ENDIF}
  t1:=rdtsc-t;
  writeln('This PC is running at about ',t1 div Delta,'kHz');
  readln;
end. 

Les "problèmes" rencontrés :

  • dans les uses, exit Windows (il n'y a pas de librairie de remplacement, on le supprime simplement)
  • je n'ai pas retrouvé sleep (on m'a pourtant dit qu'il était dans SysUtils mais je ne l'ai pas vu). J'ai mis à la place usleep qui provient de libc d'où l'ajout de libc dans la clause uses.
  • un petit F9 et là rien ! En mode débug, on voit bien que le code s'exécute mais ne s'arrête sur le readln final. En fait, il faut indiquer d'utiliser une application externe pour lancer notre application :
Paramètre d'exécution

En l'occurence xterm, la version X-Windows d'une console Unix.
Et ça marche.

Les "problèmes" que je N'ai PAS rencontrés :
- le code en assembleur passe tout seul :)))

Et voilà le résultat :

Delphi 5 (Windows) Kylix (Linux)
Aperçu windows Aperçu linux


Code source (677 octets) : Project1.dpr

J'ai essayé d'exécuter cette application sur une station Linux/Debian au boulot et ça marche.



Retour à l'accueil de l'article Migration de Delphi vers Kylix