Migration de Delphi vers Kylix

L'auteur

Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Kylix, c'est Delphi pour Linux/PC, donc la mise à disposition d'un outils de programmation visuel puissant sous Linux. Mais c'est aussi la possibilité de réaliser du développement inter-plateformes entre Win32 (voir Win16) et Linux/PC.

J'ai réalisé quelques essais avec la Version Serveur de Kylix.

Dans l'ordre chronologique, j'ai commencé par m'acheter un nouveau disque dur pour mon Celeron 375 équipé de 96 Mo. J'ai basculé Windows dessus et j'ai installé Linux sur l'ancien. J'ai utilisé la distribution Mandrake 7.2 qui s'est installée sans problème à part que mon imprimante ne fonctionne pas. Je travaille avec l'environnement graphique KDE 2. Depuis, je suis passé par Mandrake 8.0 avant de me fixer sur Suse 7.1.
J'ai ensuite pris le CD de Kylix et j'ai aussi installé Kylix sans problème. Et voici le résultat :

Aperçu Kylix

Autant dire une interface très proche de Delphi 5 ou Delphi 6, au choix.

Mais passons au cœur du sujet. En fait, ce qui m'intéresse dans Kylix, ce n'est pas tant de faire du développement spécifique pour Linux que de pouvoir écrire des programmes qui fonctionnent à la fois sous Windows et sous Linux. Je me suis donc empressé de prendre quelques projets simples sous Delphi et d'essayer de les faire migrer sous Linux. Et ça marche.

(sera remplacer par les liens)



Pour conclure, la migration se passe bien quand on prend des projets qui vont bien, c'est à dire sans appels aux API Windows ni utilisation de composants externes. Et ça c'est un problème, parce que les librairies comme RXLib, on s'en sert beaucoup.

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2001 Eric SIBERT. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.